L'Orkatitude


 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Le site  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ETC 2009

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Grobrank
Mekano
Mekano
avatar

Nombre de messages : 1647
Age : 46
Localisation : Charadon Prime
Date d'inscription : 22/01/2008

MessageSujet: ETC 2009   Mar 11 Aoû - 3:52

Un message de saison : comme chaque année, le tournoi "européen" de 40K / WHB s'est tenu début août.

Cette fois, à Münster en Allemagne, l'équipe française a trouvé moyen d'être troisième après les suédois et les polonais, et devant les allemands, russes, anglais et autres italiens.

Pour mémoire, ce qu'on y trouve :

- Pas de compo ni de peinture.

- 16 équipes de 8 ressortissants de diverses contrées, généralement issus d'un procédé de sélection ou un autre. En France, par exemple, un tournoi de qualification avait eu lieu en février pour déterminer l'équipe retenue parmi les 7 candidates.

- pas plus d'une armée d'un codex donné dans chaque équipe

- 6 parties à 1750 pts, avec genre 3h30 chaque, durée considérable car incluant la procédure d'appariement par équipes. Genre pour ceusses du fond, imaginez la procédure utilisée au Mesnil-en-équipes, mais avec 8 tables par rencontre et une tzarrible sauvagerie dans l'estimation du papier-ciseau. Cela aura requis que chacun des participants chiffre le potentiel de son armée face aux 120 autres listes, dans chacun des 6 scénarios prévus. En ajoutant les grilles de suivi, vous imaginez que cela fait du tableau excel fort bariolé.


Ce fut une grosse manif, mine de rien, avec pas loin de 500 joueurs, dont 128 au 40K, 200+ au battle, et le reste dans les "side events" qui partageaient la salle (en fait une patinoire locale).

Sans entrer dans le détail, l'équipe de cheu nouzautres incluait :

- zoneilles double conseil à moto, triple prisme et autres babioles.

- tau polyvalent avec quelques kroots qui valurent une victoire facile

- les defskulz de Grobrank

- dark zoneilles mécanisés assez classiques

- gros nides

- sistas mécanisées assez classiques

- garde mécanisée avec un peu d'artillerie, de canassons et pas mal de psykers


Quasiment toutes les équipes avaient une armée ork, généralement mécanisée, mais avec des variantes genre gros troupeau ou murs de marcheurs.

Les lieux :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thrym
Dreadnought
Dreadnought
avatar

Nombre de messages : 973
Age : 45
Localisation : Nancy-Strasbourg
Date d'inscription : 30/06/2006

MessageSujet: Re: ETC 2009   Lun 31 Aoû - 9:51

C'est impressionnant.
Je pense que l'équipe française a du mettre un debriefing sur Warfo.
Félicitations pour la 3eme place. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leblogdethrym.blogspot.com/
Largwisnub
Nobz/Modos
Nobz/Modos
avatar

Nombre de messages : 2729
Age : 34
Localisation : Grenoble
Date d'inscription : 14/02/2006

MessageSujet: Re: ETC 2009   Lun 31 Aoû - 10:19

C'est clair qu'au niveau logistique, c'est impressionnant. Et sur les quelques photos que j'ai vu trainer ici et là, les tables et décors semblaient être de bonnes factures.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mespetitsbonhommes.blogspot.fr
Grobrank
Mekano
Mekano
avatar

Nombre de messages : 1647
Age : 46
Localisation : Charadon Prime
Date d'inscription : 22/01/2008

MessageSujet: Re: ETC 2009   Lun 31 Aoû - 13:51

Pour les gens qui ne vont pas sur le wafo, voici la compilation du feuilleton des 6 parties des defskulz à l'ETC. Pardon : des Héroïques Defskulz de Groghik, il fallait le dire.

Je poste cela en plusieurs "posts" pour cause de plafond de longueur.


----

La-la-la,

Première partie avec les souédoués : conformément à la doctrine, je suis avec l'armée de ministorum, très classique hormis la Célestine. Ca se présente pas mal, hormis que c'est aux 5 objos et que je dois jouer / me poser en premier. Tant pis, on a une occasion de tenter de grappiller du point donc je laisse la plupart des objos du côté adverse au lieu de faire le campeur : après tout, il faudra de toute manière aller infliger des pertes, la célestine peut (re)venir contester quel que soit le lieu, et autant inciter l'ennemi à rentrer son armée en ligne plutôt que de la tasser dans un coin (comme fit Olohme au qualif en février).
Cela, parce qu'entrant par le bord de table en premier en brouillard de guerre, je laisserais de toute manière l'initiative "stratégique" : le choix de comment se répartir en début de partie.
Au déploiement, j'ai 60 boyz et Groghik le long du milieu, pour faire peser quand même du poids dès le tour 1, mais sans approcher assez pour prendre la morre à chaque entrée de réserve sista (comme avec FireMike au qualif).
Les sistas entrent toutes au tour 1 plutôt dans une moitié, tandis que j'ai fait entrer mon monde d'un bout à l'autre pour couvrir les axes vers les objos.
Engagement, ivre de fanatisme je commence à raboter les opérationnels sistas en engluant un quart des boyz, tout en squattant d'emblée 3 objos. Les lootas se mettent en position finale après un 2e tour de course pour s'adapter au décor et au placement adverse. Ca s'annonce hideux pour les sistas gnahahah waugh dakka.

Là-dessus survient le drame : la callidus arrive dès le tour 2, et accomplit son petit exploit en s'en prenant aux lootas avec la meilleure vue sur son bois-refuge. Elle martyrise 3 lootas sur les 6 qui étaient sous le souffle (tous les lootas étaient dispersés en vue de cela, c'est une longue histoire que celle de la callidus et les lootas, genre gendarmes & gitans), ce qui est genre trop-style-le-triple. Puis en chargeant, elle en martyrise encore 3, ce qui reste le double de la norme en arrondissant au-dessus, ne prenant qu'une blessure en échange. Les lootas se sauvent en se dandinant grotesquement ; la callidus a accompli ce que peu de callidus ont fait, et sa rencontre subséquente avec un mur de plomb de shootas ne fait que présenter une demi-facture.


Ensuite, c'est l'attrition, mais il faut quand même prévoir la fin de partie aléatoire : au cas où on cesse au tour 5, on risque l'égalité, j'envoie donc une autre bande pour contester à court terme l'objo le plus lointain, et engluer voir détruire si possible les autoportées. Las, ces dernières trouvent à disperser les boyz durant mon propre tour ultérieur, ce qui laisse les mains libres à la célestine pour venir casser les pieds avec son point de vie. En plus de cela, la partie se prolonge sur 7 tours : passant par le couloir que ne couvraient plus les lootas, la chanoinesse vient se sacrifier pour éloigner les boyz de l'autre objectif lointain. La célestine à 1PV, dès lors qu'on est au tour 5+, est particulièrement nuisible si elle joue en dernier, car elle a toutes les chances de pouvoir revenir contester où elle veut si on la détruit. Je passe donc de 3 à 1 objectif incontesté quand s'achève la partie. Ahii !

A l'échelle de l'équipe, c'est la branlée, mais face à des gens kioules.
Pendant ce temps, les russes engrangent du point 148 à 12 face à l'équipe "corse-bretonne-basque" des britons (les nord-irlandais). Vanjanss !

<à souivre>

----
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grobrank
Mekano
Mekano
avatar

Nombre de messages : 1647
Age : 46
Localisation : Charadon Prime
Date d'inscription : 22/01/2008

MessageSujet: Re: ETC 2009   Lun 31 Aoû - 13:52

La deuxième partie se fit avec les tchèques. La mission, deux objos en bataille rangée, est du genre à se finir en égalité par défaut, avec plus ou moins d'écart pour moi du fait du différentiel de perte.

Le joueur est un grand jeune d'un très plaisant abord, avec de l'ultramaroune double vindic / double ironclad en pod, et un chapelain cassius pour faire de la contestation et du gluage.

Note pour les lecteurs : certains personnages pittoresques étaient présents car les plus iniob' étaient tout bonnement exclus du tournoi, comme Vulkan.
D'où la présence notamment de quelques Pedro Kantors sur l'ETC, comme seconds choix.

Il joue en premier, ce qui me serait favorable s'il n'avait pas les Iron Claudes : leur simple présence, et l'arrivée fatidique au tour 1, conditionne mon déploiement, sachant que me mettre en réserve ne serait pas une alternative plausible. Donc, "quinconce à densité décroissante", et attente des dommages.

Le premier tour amène les dommages prévus, à ceci près que le jeune a pas mal de bol avec ses gros dés bleus chessex qu'il "lance" à ras de la table (je lui en fis la remarque) : une des bandes de lootas subit assez de pertes aux tirs d'armes lourdes pour faire un moral qu'ils foirent, ahii hors-table. Pas grave.

La première tâche est de se débarrasser des ironclads, et ça se termine comme presque toujours dans ces cas-là : l'un explose aussi sec (embarquant un maximum de boyz au passage), et l'autre reste englué pour les siècles des siècles (il m'aura coincé une bande durant 9 phases d'assaut, et encore la partie s'arrêta là).

La vraie malemoule fut ailleurs, au moment d'engager la seconde vague SM dans un chaos de carcasses, d'explosions de pods et de terrain dense : au moment de lancer l'assaut crucial, je fis 1 à la waaagh pour une bande qui requérait du 2+ (ratant la charge d'un seizième de pouce), et double 2 au terrain dif d'une autre qui requérait 3+ sur un des dés. Dès lors, l'égalité favorable allait probablement se transformer en naufrage, car plein de SM rappliquaient sans opposition pour me contester l'objo domestique.

Le retour de bol se fit au dernier moment, me permettant de kikoupifier M.Cassius (qui est très lourdingue quand il est englué parmi des troupes de
base) et de martyriser vite fait les derniers contestataires au moment où la partie s'arrêta : sans cela, l'ultime vague SM (les deux vindics) aurait foncé sur l'objo, se prenant au pire une "mort ou gloire" de rokkit chacun puis un assaut de 20 boyz. C'eut été à pile ou face (à moins d'un 7e tour), on ne saura jamais.

Piètre égalité, le reste de l'équipe martyrise ses adversaires, les affaires reprennent. De nouveau, j'aurai eu affaire à du brave gens.

<à souivre>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grobrank
Mekano
Mekano
avatar

Nombre de messages : 1647
Age : 46
Localisation : Charadon Prime
Date d'inscription : 22/01/2008

MessageSujet: Re: ETC 2009   Lun 31 Aoû - 13:53

<suite de la fabuleuse aventure de Groghik au pays du poutrage>

Troisième partie : les danois, annihilation / quarts.

Voilà la mission la plus propice pour Groghik & co ; les appariements aboutissent à une situation fort flouffe, car les zorks ont affaire à Pedro Kantor & les Crimson Beekiez, sur une table qui n’est pas sans ressembler à Rynn. Le joueur est le chef d’équipe danois, un grand jeune dont je me disais en arrivant le matin qu’il avait une tronche de repris de justice fanatique sans scrupules, mais qui semble plutôt fatigué et résigné face à la partie à venir.

Je me déploie en premier (j’ai eu pour la première fois l’occasion de
choisir) de sorte à laisser au camp adverse le quart le plus dénué de couvert domestique ou d’approche, car les beekiez ont un whirlwind et 16 termidachaus ivres de haine (et du +1A du Pedro).

Considérant cela, l’armée adverse se place intégralement en réserve, de sorte à pouvoir arriver par le trajet le plus couvert. Cela laisse aux defskulz deux mouvements entiers pour se remettre en place avant l’arrivée des premières réserves : l’avantage de la situation est que deux bandes de lootas couvrent entièrement les aires lointaines. L’inconvénient est qu’il faut avoir le reste des piétons soit au milieu (dans l’expectative), soit près de la zone d’entrée probable, au risque de subir des tirs rapides ou un assaut des motos : sans cela, l’ennemi fourbe et néanmoins sournois fera entrer impunément ses predators et son whirlwind.

Les marines tactiques et pedro arrivent en premier. Echange de tirs. Le problème dès lors est qu’il se pourrait très bien que la fin de partie arrive sans pertes concluantes, si les marounes trouvent moyen d’entasser leurs unités les unes derrière les autres, au-delà d’une colline protectrice. Il faut donc amener plus de monde, et appâter les SM. Leurs 5 motos d’assaut (2-2-1) arrivent simultanément et chargent la bande de Sidérurgistes Rouges envoyée à cette fin : la mêlée sera fatalement longue, mais rapportera potentiellement un bénéfice de 2KP, tout en attirant peut-être plus de monde.

Le problème est la présence précoce du pedro, qui augmente de 50% les pertes orks dans cette situation : un autre appât est requis pour le faire sortir, car il est possible qu’il ne reste plus que deux tours orks désormais. Les Spartakistes à Pouintes sont sur place, et dévalent la colline où ils servaient jusque-là d’écran à la bande de loota avancée, mais leurs tirs sont de peu d’effet.

Les choses se précipitent. Les SM font une sortie en masse de leur position abritée et éradiquent les Spartakistes tandis qu’arrivent les chars et les termies (2x8 marteaux). Le whirlwind emporte quelques lootas juste avant d’être détruit. Un predator, puis les deux, sont eux aussi cassés par cumul de dommages. Les Sidérurgistes sont achevés par l’irruption des termies, ce qui permet à la dernière moto d’aller se cacher. Une troisième bande est sur place (les Réformateurs Agraires Ocres) pour finir les tactiques, mais grâce à la poursuite des termies délivrant chacun 4 coups de marteau en charge, les miettes desdits SM tactiques peuvent se cacher avec le pedro, auprès de la moto, derrière la colline.

Les pertes des deux camps sont considérables dès le début du tour 5, mais le bénéfice en KP est assuré de peu, ce qui motive les crimson fists à tenter de martyriser autant d'orks que possible. Reste la bande des Soudeurs Bleus, qui recule pour faire venir les termies dans l’arc de tir des 15 lootas de l’aile gauche en sus des 15 de l’arrière-centre. Une frappe orbitale du lâche pedro ne les fait pas faillir, un sixième tour survient, les termies traversent la table sous les scandaleusement abondants dakkas, mais sans le pedro qui se terre de plus belle.
Un septième tour arrive, le public s’attend manifestement à ce que les Soudeurs fuient encore pour sécuriser leur acquis, mais c’est méconnaître la rûze defskul (et les stats de base orks vs termimarteau). Motivés par le fait qu’un mouvement + course est en moyenne inférieur de toute manière à un mouvement + assaut, les Soudeurs restants font volte-face et joignent leurs flings puis leur kikoups à l’ultime bordée colossale des 30 lootas. Lorsque la partie s’achève, les 2/3 des boyz sont défunts (la norme), et les SM sont réduits à 4 termies pris dans une mêlée défavorable, plus 3 SM tactiques et 1PV de moto cachés avec M. Pedro, lequel n’a plus qu’à reconstituer son chapitre pour la trouzième fois.

Le scénario s’achève sur un score proche de la prévision : au moins le déroulement de la partie a-t-il fourni de la distraction au danois, malgré l’ignoblitude des cadences de dakka sur la moitié finale des tirs. On aura eu de pleins tours de manoeuvres, des orks à pied répandus à travers la campagne, et finalement les terminators vanjeurres qui traversent quasiment toute la table à pied en trois tours, dans leur désir d'aplatir le peuple vert.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grobrank
Mekano
Mekano
avatar

Nombre de messages : 1647
Age : 46
Localisation : Charadon Prime
Date d'inscription : 22/01/2008

MessageSujet: Re: ETC 2009   Lun 31 Aoû - 13:54

<La suite suivante>
Le dimanche matin, ce sont les joueurs russes, deux objectifs en brouillard.
J’hérite du dark zoneille, une armée assez classique : ravageurs, cérastes, guerriers. L’intégralité des véhicules porte un bouclier d’ombre, nuisance terrible pour les rokkits et flings, mais presque négligeable pour les pillards.

La principale contrainte de ce genre d’armée est son aptitude à contester avec tout le monde et son chien, notamment avec la flottille de raiders.
Heureusement, je joue en deuxième, sachant qu’en contrepartie les zoneilles (vils mais fourbes, sournois et néanmoins perfides, sadiques et pourtant
kruels) auront l’initiative de la manœuvre le temps que mes armes d’appui s’établissent.

La ronde n’est pas gagnée d’avance malgré la défaite du SM-moto russe, donc je m’en tiens à la Sagesse des Brainboyz : tenir l’objectif domestique, tout en réitérant le déploiement avancé d’une bande sous le nez de l’ennemi (du moins de sa position probable) comme face aux sistaz la veille.

Les DE attaquent d’emblée, tant ils sont intrinsèquement méchants : quelques tirs, un assaut de cérastes, mais d’une seule escouade. Je suppose alors que leur idée est de sacrifier ladite unité pour qu’elle ne dure que la moyenne dans ce cas de figure, c'est-à-dire deux rounds. Le résultat prévisible est de regrouper toute la bande à découvert en vue de lui tirer dessus au sortir de la mêlée, tout juste lors de la phase de tir DE suivante.
Ce procédé douteux est réitéré au tour DE suivant, ce qui a pour effet majeur d’amoindrir une seconde unité céraste sans grand bénéfice.

Pendant ce temps, le vrai gain recherché est ailleurs : la troisième escouade débarque à l’autre bout, en parallèle avec le patron, avec pour but manifeste d’engager les Lootas Deluxe.
Je pousse l’amabilité jusqu’à retirer comme pertes les Soudeurs Bleus qui se trouvent sur le chemin : en effet, avec ce faible effectif, un assaut DE aura deux issues.
Soit ils engagent juste les lootas et ils les martyrisent avant de périr (pertes similaires mais gain de prévisibilité pour moi), soit ils engagent en même temps les Soudeurs et ils forcent Groghik à rappliquer avec eux, privant de champ l’unité rouge. Cette seconde option, par contre, risquerait de se terminer par un résultat prématurément défavorable aux DE.

Le pauvre russe résout lui-même cette situation où il s’est engagé sans trop de plan préconçu : il cherche à engager seulement les Lootas Deluxe en passant par un bout de jongle, et foire ses deux tests de terrain par une malchance certaine mais pas über-improbable : engager juste les Soudeurs eut été plus sûr dans l’immédiat, mais l’attrait des lootas fut le plus fort.
Les cérastes sont donc confrontés au traditionnel mur de plomb, d’où la fable du slip de terre contre le shoota de fer. Le voïvode, trop solide, est ignoré au profit des ravageurs, qui s’en sortent grâce à leur couvert. Il chargera ensuite, ivre de frustrehaine, pour n’emporter que quelques Lootas Deluxe tout en perdant son bouclier. Submergé, il préférera ensuite périr d’overdose, par lassitude. Les Deluxe seront par la suite anéantis par des procédés plus typiquement DE : à coups de canon éclateur de l’escouade de guerriers mécanisés qui transportait le voïvode.

De l’autre côté, alors que son assaut sur sa droite échouait, mon assaut sur ma droite à moi progressait grâce à l’obsession du DE de garder les zorks le plus loin possible de chez lui. Alors qu’il causait des pertes sensibles chez les Sidérurgistes Rouches et que les Réformateurs Ocres, intacts, peinaient à sortir enfin de la jongle, il envoya ses derniers cérastes pour causer autant de pertes que possible avant que les zorks ne franchissent la ligne médiane de la table.
Cela aura nui aux rouges, mais en fournissant une réaction puis une consolidation providentielles aux ocres. Une waaagh plus tard, les ocres dispersaient les deux escouades affectées à la garde de l’objectif DE, tandis que les bleus chargeaient en ligne les guerriers du centre. Il ne restait plus qu’à trouver une solution finale à la question des raiders contestataires, en faisant fi des cinq derniers gabarits de plasma des ravageurs.
Ce fut fait lors d’un ultime assaut des derniers rouges sur le dernier raider, d’où l’expression « pendre le dernier raider avec les câbles du dernier ravageur » ou quelque chose de ce genre. Les ocres, eux, eurent beau jeu de martyriser l’avant-dernier raider qui tenta de leur disputer l’ex-objectif DE, tandis que les bleus pogromisaient les fuyards à la manière décrite par un célèbre homme d’Etat russe : « aller buter les dark zoneilles jusque dans les chiottes du bord de table ».

La proportion usuelle de pertes orks, victimes des criminels de guerre à oreilles pointues, atténuèrent le résultat en une petite victoire. C’était l’heure d’aller donner le ticket-repas en échange d’un gros knack dur dans un petit pain mou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grobrank
Mekano
Mekano
avatar

Nombre de messages : 1647
Age : 46
Localisation : Charadon Prime
Date d'inscription : 22/01/2008

MessageSujet: Re: ETC 2009   Lun 31 Aoû - 13:55

Et là-dessus rapplique la cinquième partie.

Après avoir connu plus de hauts que de bas, l'équipe en vient à affronter les terribles Polonais, dont on se disait que leur comportement vis à vis des Russes était peu kioule. Genre si ça avait été ainsi à chaque ETC des années 30, on comprend que l'équipe du NKVD se soit débarrassé des tournoyeurs polonais à Katyn.
<Oui, c'est une plaisanterie du plus mauvais goût. Pour les protestations, veuillez me contacter par MP, que je promets d'ignorer en bonne et due
forme>

Pour situer, le SW polac joue tout bonnement ses figurines de chaoteux de l'an dernier, mais cette fois en count-as space wolves. Un peu couleur iron warriors, style.

La mission comprend 5 objectifs, déploiement en quarts. Je suis face au BA, armée inhabituelle dans ce paysage car diverse et, en apparence, kioule.
Dans ce cas de figure, je suis censé faire une égalité favorable, mais ce cas moyen est compromis par le fait que je jouerai en premier, argl, gosh, couine.

Mais à moins que l'honorable lectorat suive le feuilleton avec le nez collé aux listes, il me faut décrire la liste d'en face, habilement articulée, et jouée par un gens qui connait la moujik. Du genre pas la peine de lui rappeler les règles orks, sa femme en joue.

Le noyau de la liste consiste en un mur mobile Land Raider + Predator (au besoin écranté au déploiement par un rhino), qui sont moins destinés à tirer qu'à écranter l'approche de la compagnie de la mort et des marounes dachau.
Le terrain n'est pas trop découvert, donc je ne peux donc pas compter sur la solution de facilité du dakka. Je prends un quart qui ne laisse pas trop de couvert opaque en face, de sorte, au moins, de procéder à une tzarrible manoeuvre avec une partie des lootas.

Pour mémoire, ma propre liste a un inconvénient : lors des déploiements en fer de lance, la population même est une gêne, voire une occultation complète, pour les lignes de vue.

De toute manière, les BA se placent ensuite de manière à présenter guère plus que leur land raider et un rhino à couvert. On se met d'accord sur "ajuste tes joes comme ça, ainsi je ne les vois pas", histoire d'éviter les litiges, et en voiture.

Les lootas centraux (mes préférés, les Lootas Deluxe) martyrisent le rhino, seule cible viable. Les lootas de gauche sont envoyés en appât, dans la grande tradition de P T-L qui appâte les gens avec des trucs chers, car on n'attrape point les mouches avec du vinaigre.

Le but est de faire foncer le raider plein de termimarteaux vers ma gauche, plutôt que de les laisser approcher à leur rythme, tout droit vers mon centre et la majorité des objos (les BA d'assaut sont des Troupes, pour mémoire).

Les Lootas de droite commencent leur périple, qui durera 4 tours et environ 40", pour partir à l'opposé du gros des BA, et ainsi couvrir de leurs deffgunz les 2 objos adverses. Ca, au moins, ça marcha, si peu orthodoxe que ce fut : le BA laissa planquée ses deux escouades opé concierges, au risque qu'une durée aléatoire les en prive, ou réciproquement de se prendre des bordées s'ils s'approchent. Quelle Rûze.

De l'autre côté, comme prévu, les termies, le LRa, et leurs planqués, tout part sur le côté pour engager les lootas sacrifiés pour gagner deux tours.
Ces derniers ont même un peu de bol, et dérouillent deux termies avant de périr.

Pendant ce temps, on lâche quelques rokkits sans effet sur le LRa et le pred. Je forme une ligne ablative avec les Spartakistes à Pouintes, et la bande rouge investit une zone de ruines d'où elle pourra viser le flanc du pred en deux tours, puis tenir / contester au tour 5 les 3 objos non-couverts par les lootas migrateurs.

Le polonais, dont toutes les ressources sont à présent tassées derrière le LRa, lui-même à 15" de ma ligne verte, a toujours l'avantage de la quasi-invulnérabilité, mais il est condamné à venir faire une percée sous mon nez, prévisible comme la nouvelle lune.

Il a par contre l'avantage d'être entièrement véhiculé, autoporté ou motorisé (6 motos d'assaut tassées derrière comme elles peuvent, moins 2 parce qu'elles dépassaient waugh dakka).

Le tournant a lieu très vite : il envoie ce qu'il peut, mais pas tout, contre la ligne verte sournoisement reculée de sorte à ne permettre que la charge des termies et de la compagnie de la mort. Il tente au passage de tirer sur ladite ligne avec ses unités entassées socles à socles derrière le LRa, ce que je refuse vu que, ben, zéro ligne de vue faut pas déconner.

A posteriori, il eut mieux valu que je lui laisse faire sa truellée de tirs pas légaux, car ma ligne verte tint trop bien l'impact : il restait 4 orks sur 30 à l'issue de la charge, ce qui permit aux BA de rester au chaud en mêlée durant mon tour, sans pouvoir intervenir crédiblement à cause de la présence du LRa (que je ne touchai même pas lors de la tentative, du moins, de le taper faute de mieux). Les BA ne furent pas assez diminués, et purent charger sélectivement avec toute leur réserve : lorsque la partie se termina, l'attrition était en leur faveur, et le fait de jouer en second put être mis à profit pour tenir ou contester les objectifs.

Ce fut la deuxième et dernière branlée pour les pov' defskulz, face à un joueur correct et même pas trop sinistre. Les autres parties semblaient être plus ou moins litigieuses, deux d'entre elles basculant sur un jet ayant une chance sur 6 de foirer. Vanjanss ! Greu !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grobrank
Mekano
Mekano
avatar

Nombre de messages : 1647
Age : 46
Localisation : Charadon Prime
Date d'inscription : 22/01/2008

MessageSujet: Re: ETC 2009   Lun 31 Aoû - 13:55

Carrramba, encorrre suite.

Vient la dernière des six parties, le poutrage paf-paf en annihilation / bataille rangée. Voici venu le règne des defskulz, face aux teutons tudesques germaniques d'outre-Rhin, j'ai nommé les Allemands.

L'appariement zientifik me met face au jeune gardiou, avec sa liste de parking d'AV12 manticore / médusa / médusa / hydre / hydre / vendetta / vendetta / vendetta / chimère / chimère / chimère / chimère / chimère contre la manif de boyz / boyz / boyz / boyz / lootas / lootas / lootas / KFF.

Ainsi, on est entre gens de bonne compagnie, et tout en se lamentant d'abondance face à cet appariement qui le met en position d'agneau sacrificiel, le pauvre innocent joue en premier dans le but naturel de réguler les populations orks au plus tôt à coups de humbles gabarits de F10 et d'une modeste quarantaine de tirs annexes de Force 5-6-7-9 dans la gueule. Ceci dit, il n'a que peu de souffles pour faire les gardiens de but.

Un des jeunes du club allemand demande à regarder, et il s'assoit à la table, on est kioule : je précise car les polonais étaient accompagnés d'un tiers complice qui apparemment se baladait de table en table en glissant du conseil, voire en se faisant passer pour un arbitre. Donc bon, dans certains cas, on appliquait les deux mots de la sagesse bougnate : méfiance, méfiance.

Présentement, c'est pretty straightforward et not overly complicated :
boum-boum pan-pan, la table est une morne plaine avec quelques bouts de terrain. Comme dit un des tankistes israéliens dans le documentaire de Lanzmann sur Tsahal : "this is a land for tanks (& lootas)".

Le déploiement IG est du genre les artilleries derrière, les chimères devant avec de la vendetta sur le côté ; en face c'est boyz devant en densité décroissante et lootas derrière en ligne de bord de table, façon soldats de l'An II, mais avec la troisième bande sur un flanc isolé (mon seul petit bois).

Le premier tour IG emporte moins de quarante boyz ; comme dirait Marv, "c'est tout ce que vous pouvez faire, tapettes ?". Dès lors, c'est mal barré pour la garde, hor horr horr waugh.

Le premier tour defskul réduit sensiblement la nuisance des zoms. Le deuxième tour aussi, puis le troisième, le quatrième et le cinquième.

Le public s'amuse de la progression des boyz, pareille à la floraison d'une étrange plante orkoïde à la géométrie dictée par les équations de la bataille, tandis que le gardiou tente des farces désespérées du genre fout'
des gnons de psykers à travers l'interstice ridicule que laisse leur chimère semi-perchée en traviôle sur une carcasse de médusa. La riposte au fling par le même interstice de 1,234 cm² manque de peu les faire fuir, ce qui sera fait lorsque l'explosion de la chimère, plus tard (par la sainte pince) emporta la moitié du reste.

Petite victoire, amputée d'un ou deux points peut-être car on n'a pas été très vite (en cas de prolongation par durée aléatoire, les zorks auraient engrangé le solde des trucs déjà endommagés), mais peu importe, on s'amuse.

--

Au final, c'était pas moins fréquentable que du tournoi de par cheu nous, du moins pour un pauvre exécutant qui n'avait qu'à attendre qu'on lui indique la table et le gens à chaque ronde.

Le travail était tout autre pour les appariements, qui étaient à la fois un débat de marchands de tapis et l'application de données longuement compilées, le tout pondéré par la mission du moment, la progression dans le tournoi, et les ultimes détails genre décisions des arbitres sur tel ou tel point tordu.

Moi-même, j'étais l'ork de base à qui l'on mâchouille le travail en lui trouvant un appariement qui aille. C'est en cela que j'ai une position facile de déni, si des fois on fait un procès de Nüremberg de l'ETC :
j'obéissais aux ordres, et en plus je n'obtenais même pas de résultats en rapport.

Il m'était, de même, facile de faire le gens kioule : à quoi bon se lamenter ou se vanter ? C'est un loisir de cons dont les facteurs les plus décisifs ne laissent que peu de place au "niveau de jeu" personnel, ou autre illusion de roxxor de quartier.

Ce qui aida, ce fut surtout l'investissement en amont du groupe : ce que nous avons décrit plus haut, et qui en soi est la vraie contrainte.

La conclusion annexe est que tant qu'on est kioule et qu'on tient son rôle sans trop le prendre au sérieux, sans pour autant faire le branquignol, ça marche grosso-modo. Les suédois en fournissent l'exemple.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ETC 2009   

Revenir en haut Aller en bas
 
ETC 2009
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Archive 2009] [Non officielle] Provins
» Cherche un échappement akrapovich pour RMZ 450 2009
» WWE TLC - 13 décembre 2009 (Résultats)
» vendredi 7 août 2009 SALAIRE MINIMUM, CHALEUR MAXIMUM
» Prediction NHL 2009-2010

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Orkatitude :: Orkatitude :: Evènements-
Sauter vers: