L'Orkatitude


 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Le site  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Güldrik Og Gorzdog l'opportuniste.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Roethlisbörgör
Mekano
Mekano
avatar

Nombre de messages : 2068
Age : 45
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 12/04/2008

MessageSujet: Güldrik Og Gorzdog l'opportuniste.   Dim 2 Sep - 18:43

Enseveli sous 10 cm de poussière...
Heu heu heu.

Citation :

Güldrik Og Gorzdog l'opportuniste.


"Cé pas juste ski nous arrive, Güldrik !"
Cette pensée, rare et précieuse, de Norzglark le Goff faisait ouvertement
écho aux sentiments de tout le groupe. En bon Blood Axe rusé, Güldrik
lui-même comptait bien exploiter le sourd mécontentement de cette assemblée
hétéroclite : un nob Goff éclopé, un Bad Moon édenté, trois lâches
Deathskulls et quatre grots couverts de suie, tous rescapés de la dernière
tentative d'application doctrinaire du (localement) célèbre Zugrub
Oomifrind.
Ce dernier, fidèle à sa tradition personnelle, avait lancé sa horde bigarrée
contre les grobeks oranges avec la ferme intention de combattre jusqu'au
dernier Goff ou Bad Moon, selon un plan à toute épreuve : tuer plein de
salmeks à coups de kanons, tuer encore plus de salmeks avec le grokanon
donné par les gentils zoms, casser les trukks des salmeks avec des bonnes
rokkits à charge kreuze, et tuer les derniers salmeks à coups de fling. En
plus, Zugrub leur avait dit que des zoms -mais les gentils qui avaient donné
le "basurrlisk"- les aideraient à tuer les salmeks. Gork, des zoms ! Mais
des bons, Zugrub leur avait dit, des verts qui n'aimaient pas les sales
grobeks oranges (quelle horrible couleur !) et avaient beaucoup de dents à
offrir aux "zalliés méritants". Alors les gars y z'ont suivi Zugrub, même si
des grots murmuraient que c'était les dents des anciens boyz morts à cause
du dernier plan d'enfer à Zugrub. Mais quoi, les grots sont des grots, et
les dents, des dents : là résidait le fondement de la sagesse Bad Moon.

Les zoms verts et les "vré gars durs" s'étaient passablement retranchés là
où les grobeks viendraient, et ils étaient effectivement venus. Quelques
zoms s'en étaient tirés, mais les boyz avaient presque tous été tués. Zugrub
lui-même avait disparu, et l'abri précaire d'un bois situé au milieu du
champ de bataille fut le point de rencontre des quelques survivants
orkoïdes. Ils avaient assisté aux manoeuvres des grobeks,qui ramassaient
leurs graines de grobeks en disant des trucs bizarres avant de poursuivre
les zoms en fuite, puis ils se décidèrent à explorer les fourrés en quête de
butin. Malheureusement, les cadavres des boyz avaient été brûlés
systématiquement, et les armes encore présentes étaient presque vides.
Seule demeurait, pour attirer le regard rouge et porcin des boyz, la forme
volumineuse du char des grobeks, immobilisé près du bois salvateur par un
tir de grokanon zom. Immobile dans la brise vespérale que parfumait les
effluves des bûchers improvisés, la silhouette obscure symbolisait autant le
danger que la tentation, exacerbant encore plus la frustration du petit
groupe.

"Cé vréman pas juste. Zugrub il envoie les Goffs taper les grobeks, et lui
il reste derrière, et nous on s'retrouve devant les gros fling' qui
chauffent au lieu d'avoir des truks à taper !"
Margub le jaune surenchérit : "Cé fini tout sa, le pire main'nant cé qu'on
n'a pus rien, et moi on m'a pris mes dents kan k'jété par terre, tas
d'pourris !"
A ces mots, tous adoptèrent un air neutre, tentant de feindre l'innocence du
squig mange-face qui vient d'éclore, et échouèrent ; au grand dam du
malheureux Margub, le groupe éclata d'une joie sinistrement sincère. "Haw
haw haw, t'avé ka pas prendre une bastos dans l'krâne, on aurais pas kru
kt'étais mort ! Hurr hurr !"
Devant l'unanimité de ses compagnons, le Bad Moon décida de remettre ses
comptes à plus tard ; sentant sourdre son désir de vengeance meurtrière,
Güldrik le prit par l'épaule en un simulacre de fraternité.
"Allons, koi, on est tous dé pov' zorks dan la tourmante, y fô se serrer les
coudes (se tournant vers le grot manchot) excuze-moi Grabbit. Main'nant on
doit r'trouver la route du kamp avant ke lé grobeks reviennent ; hé, ptêt
ben kon ramass'ra dé truks en ch'min"
Se tournant ensuite vers les autres boyz, dont les faciès bestiaux
trahissaient la lassitude, il embrassa d'un geste auguste la masse inerte
au-delà du feuillage : "Et voilà koman on va sfer un max de dents tout en
voyajan en classe nob ! Konfort, sékurité, prestij !"
Loin de susciter l'enthousiasme voulu, la proposition sembla plonger les
Deathskulls dans une humeur encore plus sombre que leur teinture faciale
défraîchie. Foshgur, le plus ancien, prit la parole : "T'as été viktim du
toubib, quand t'as été l'voir pour tes dents ? L'premier buzza squig
verraitt ksé k'une épave, y'a rien à en tirer, parole d'moi. La preuve, les
grobeks y ont laissé là ..." Les autres face-bleues approuvèrent en grognant
et se grattant.
"Et c'est là kt'a tort" rétorqua Güldrik. "Les grobeks oranges, y zaiment
telman pas ceux ki sont pas kom eux k'ils les koursent dès ki peuvent. Chuis
sûr ki zont laissé leur gros trukk exprès, et ki viendront l'chercher kan y
zauront fini d'buter les fuyards. Cé sûr aussi ki y'a pu personne dedans, va
voir si tu m'crois pas".
Les trois deathskulls se regardèrent, et un accord tacite se fit : le vieux
Foshgur, en tant que chef par défaut, se devait de faire la preuve de sa
conviction. Il se leva, et chaloupa sans hâte vers l'orée du bois,
marmonnant des formules de bon augure. Les étoiles avaient fait leur
apparition au-dessus de l'horizon ambré de Tlacopan III, et les criquets
nécrophages bercaient la nuit du bruissement de leurs mandibules. Parvenu à
la lisière du bois, il se tourna en direction du groupe et clama, plein de
confiance : "Ya rien ki bouge, j'vais y pisser d'ssus à c'truk, hurr hurr
hurr".
Occupé à déboucler sa lourde ceinture de dotation du MCMLXXème Mordian
presque neuve, Foshgur n'eut pas le temps de voir pivoter les tubes latéraux
de l'engin. Un flash blanc, aussitôt suivi d'un coup de tonnerre
retentissant, aveugla les spectateurs humanoïdes de ce drame aussi bref
qu'intense. La brume verte qui fut Foshgur se déposa sur le feuillage voisin
comme une fine rosée orkoïde, laissant nos héros stupéfaits, puis pliés de
rire devant ce bon tour du destin.
"Harr-harr-harr, elle est bien bonne ! Sacré Foshgur !"
Aussitôt, Tirsak et Piktün, les deux Deathskulls restants, se ruèrent l'un
sur l'autre pour établir leur nouvelle hiérarchie clanique. Güldrik les
réconcilia à grand renforts de sa cravache du plus fin squiggoth, marque de
style et de distinction. "Cé moi l'chef, tas d'bouseux, et j'vais vous dire
koi faire : toi et toi, enfin vous deux, vous allez faire l'tour de
c'truk -enfin not' truk-, en partant du rocher là-bas, et tout droit vers
l'arrière, et ensuite ..." Piktün l'interrompit en arborant un sourire
insolent :
"Eh, chef, t'es sûr ksé l'arrière, on sé pas avec cé truks de zoms mal
brikolés. Moi j'dis ktu veux kon krève, et j'dis kje vais aller d'laut'
côté"
Fixant Tirsak pour le dissuader de tout éclat verbal, Güldrik rétorqua : "cé
ta vie, alors va ou ktu veux si tu m'crois pas. Allez-y main'nant, on a pas
toute la nuit."
Faisant la démonstration de leur agilité de cambrioleurs-nés, les deux
Deathskulls se séparèrent sous le regard dubitatif des sept peaux-vertes
restantes. Parvenus au-delà de l'invisible "zone d'la mort" qui entourait le
monstre endormi, ils convergèrent alors vers sa masse carrée en s'efforcant
d'empêcher leurs gris-gris de cliqueter. Au milieu de sa progression, Tirsak
se figea et détala en entendant le sinistre crépitement mécanique ; associé
à la pâle lueur jaune qui soulignait les contours de l'engin, il offrait une
ode émouvante aux divinités belliqueuse, en ce décor pareil à un théâtre de
destruction programmée. Accessoirement, les questions de protocole
deathskull s'en trouvaient simplifiées.
Se rendant compte qu'il était en vie, Tirsak le veinard réussit à se compter
d'un pouce tremblant, et repartit en rampant jusqu'au monstre, qu'il
atteignit à son grand soulagement. Il avait dompté la bête de guerre, à lui
seul ! Entamant une danse de victoire, il fut rappelé à l'ordre par une voix
rocailleuse issue du bois :
"Bouge pas, on arrive. Les grots, en pointe !"

_____________________________

Suite des folles aventures de nos héros verts la semaine prochaine.


El Depredador

"No esta muerto lo que puede yacer eternamente,
y con extranos evos puede morir hasta la muerte"
H. P. Lovecraft

el Depredator, alias Grobrank.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roethlisbörgör
Mekano
Mekano
avatar

Nombre de messages : 2068
Age : 45
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 12/04/2008

MessageSujet: Re: Güldrik Og Gorzdog l'opportuniste.   Dim 2 Sep - 18:45

"Seconde moitié de votre bref feuilleton orkoïde :"

Citation :
Une fois tous parvenus contre le bloc-moteur de la machine grobek, les héros
noctambules firent le point :
NORZGLARK : « Bon, on est là, kékon fait main'nant ? »
GULDRIK : « Konfiance, j'ai un plan. »
TIRSAK : « J'aime pa kan tu dis *konfiance *»
MARGUB : « Le trukk y lui manque un bout d'chenille, là ; yaka y faire
brikoler par les grots.»
GRABBIT, DROPPIT, CATCHIT et FIXIT : « Ahii ! Scouii ! Ouine ! »

De fait, la chenille gauche de l'engin était rompue à l'arrière, deux
connecteurs ayant été arrachés alors qu'il était sans doute stationnaire,
comme en témoignaient les énormes maillons pendants mais encore en place.
Les orks considéraient ce monstrueux pendule d'un air absent, comme
confrontés à un problème ardu. Tout en essuyant la terre de son uniforme,
leur chef autoproclamé proposa son plan : « on va s'faire la kourte échelle
pour monter sul' toit et monter d'dans en essayant d'éviter l'gros fling».
Signes de tête négatifs en réponse
« Bon, alors on va s'coucher et faire le tour kollés contre la koque, sous
les zzaps, juska la porte, là on y met une bomb' pour ouvrir, et cé tou
bon ». Sourires diversement édentés.
« Un volontaire, kék fois ? Oké, j'montre l'examp' tas de snots.»
Güldrik rampa jusqu'à la porte latérale, déclenchant un éclair blanc
assourdissant qui mit le feu à un bosquet proche, et mit en place tant bien
que mal la charge vantée par le mekboy pour la qualité de ses ingrédients,
avant de retourner à l'abri en une reptation peu digne. Le retardateur
approximatif de la mine finit de crisser avec une marge confortable, et les
six kilos de charge creuse artisanale parvinrent à remplacer la serrure par
une cavité de taille égale. L'un après l'autre, les coupables de cette
effraction s'insinuèrent dans le léviathan, dont l'intérieur s'illumina
violemment tandis qu'une étrange voix de femelle zom se faisait entendre :
Louz-VIII. Statut : opérationnel en mode appui. Mode actuel : veille
autonome. Requiert maintenance de type 2 (élément M415 disponible) et 13
(assistance extérieure nécessaire). Autonomie : campagne. Attends
instructions actualisées. »
« Waugh ! » fut la réaction de surprise du Goff, qui s'empara de son
pistolet et faillit abattre Droppit dans sa quête de l'origine de la voix.
Güldrik le tranquillisa : « Du kalme, ça doit être le snot ki fé marcher le
char, ya pas d'zoms ici . J'crois . Les zoms verts nous zont dit k'y avait
des zesprits dans les machines de l'aderktus - deftus - mkus - mekboyz
oomies. Fô y parler.»
Norzglark reprit un air suspicieux : « T'en as d'bonnes, tu sais koser le
zom, toi ? » A ce signal implicite, les deux autres oks joignirent leurs
voix à cette remise en cause implicite de la légitimité de leur chef Blood
Axe : « Cé normal, pour un ami des zom, s'pas ? » Un poing vert, massif et
rugueux comme un parpaing, mit fin à cette mutinerie verbale en brisant le
croc-fétiche de Tirsak ; changeant aussitôt de camp, Margub jeta à terre le
malheureux Deathskull, qu'il gratifia de moults coups de talons ferrés avec
l'intention évidente de reprendre une partie des dents qu'on lui avait
prélevé.
Güldrik laissa faire, frottant sa lourde main sous le regard amusé du Goff.
Les gretchins, mus par leur sagesse innée, s'étaient tassés au fond du
véhicule pour se mettre aussi loin que possible du perdant de ce pugilat
impitoyable. Ils ne savaient que trop bien leur fonction de souffre-douleur,
couinant et gémissant par avance ; mais la forme inerte de Tirsak ne
présentait pas de menace immédiate, pas plus que d'obstacle à la récolte
ivoirine de Margub . Le silence se fit dans l'habitacle inondé de lumière
crue, et Güldrik en profita pour plaquer les accords sur cette opérette
haineuse : « C'est moi l'chef, point. ». Approbation silencieuse des autres.
« Et kom on va faire c'ke j'dis, eh ben voilà : on va dire à c'trukk kon est
lé boss main'nant, et kon veut rentrer au kamp vit' fé. EH, L'TRUKK, TA KA
OBEIR OU ON T'KASSE !». La réaction fut aussi décevante qu'incomprise :
Louz-VIII. Veuillez réaffirmer instructions. »
MARGUB : « Kess'ki dit, chef ? »
GULDRIK : « Y veut pas obéir »
NORZGLARK : « Ya ka y montrer ki cé l'boss, boss »
GULDRIK (sortant son automatik): « Oué »
AUTOMATIK : « PAH ! »
CONSOLE : « KLINK ! Pshhk . »
LOUZ-VIII : « <DEFAUT> * »

De blanche et crue, la lumière de l'habitacle devint rouge et ténue. Güldrik
garda contenance, et saisit les grots par la peau du cou en leur intimant d'
aller réparer la chenille avec ce qu'ils trouveraient. Puis, faute de mieux,
il urina de concert avec le Goff et le Bad Moon sur le boy inanimé.
TOUS : « Debout, Tirsak, on a bzoin d'toi pour konduir c'trukk »
TIRSAK : « Kreuh, raah, gargl . Mes dents ! *Ptouh* »
MARGUB : « A sont pas perdues, lèv' toi et monte là-d'dans, ch'crois ksé là
kon konduit. »

Le volontaire fut hissé sans ménagement dans l'étroit poste de conduite,
tâtant au passage la dureté de l'écoutille fermée, et ses congénères se
joignirent aux grots dans l'exploration de leur nouveau jouet. Délaissant
les arcanes de la teknologie zom, tous se concentrèrent sur les éléments les
plus concrets, essayant tour à tour toutes les pièces qu'ils trouvèrent ou
recyclèrent » pour les adapter à la chenille rompue. La direction patiente
et éclairée de Grabbit permit d'achever la réparation avant l'aube de l'
étoile principale de Tlacopan, et les peaux-vertes purent considérer l'
avenir avec sérénité. Même Tirsak était exalté de sa fonction de timonier de
cette splendide pièce de butin, découvrant à chaque instant de nouveaux
prodiges. Les gros flings qui avaient pris l'âme de Piktün étaient ses
serviteurs, et suivaient fidèlement ses gestes. Il fit par mégarde s'
abaisser la rampe frontale, que ses compagnons empruntèrent en se félicitant
comme pour franchir formellement le seuil de leur nouveau manoir. Inversant
alors cérémonieusement son dernier geste, Tirsak releva la double porte
blindée dans un concert de sifflements hydrauliques et de klaxons
avertisseurs. Puis, au faîte de sa gloire de pillard comblé et inspiré, il
tourna la clef laquée de rouge à sa droite en ignorant superbement les
glyphes zoms.
La turbine souffla, enflant sa voix jusquà gronder en harmonie avec les
vibrations de la coque. Le Deathskull fut tiré de sa rêverie mystique par le
cri de triomphe de son chef à casquette : « Ch'crois ben k'jé trouvé l'truk
pour rentrer ! Ya dé gliffs zoms kom sul Basurrlisk kan on voulait l'bouger
juskau kamp en s'tournant lé pouces. J'y appuie d'ssus, voilà ! »
Le véhicule avanca pesamment, traçant un arc de cercle paresseux tandis que
les passagers se disputaient le point de vue de l'écoutille arrière.
Emergeant finalement de celle-ci, Güldrik embrassa triomphalement le paysage
depuis cette position élevée.
« J'dis kon va l'app'ler . l'Ekrazeur à Güldrik ! Waauugh ! »


La nuit ambrée faisait graduellement place aux ors scintillants de l'aube
locale. Les ombres démesurées des véhicules raccourciraient bientôt, au
rythme de la rapide rotation de Tlacopan III. Mais en cette heure de
vigilance toujours soutenue, El Depredador et ses conseillers techniques n'
en avaient cure : les hérétiques qui parcouraient encore la surface de ce
monde méritaient toute leur attention. Connecté au sensorium opérationnel du
corps expéditionnaire, le techno-frère Eduardo annonça sobrement :
« Señor Melchor, Louz-VIII fait mouvement en radiale pure. Pas de réponse de
sa part. »
Le Maître de Siège des Xénoclastes se détourna du modèle holo des mines
équatoriales, dernier refuge possible des hérétiques fraudeurs de dîme. « Ce
véhicule n'était-il pas immobilisé et en attente de personnel ? Que l'
escouade Rodolfo aille à sa rencontre et évalue la situation. »


La Puissance. La Gloire. Voilà ce qui attendait de toute évidence les
Dompteurs de Grobeks parmi les leurs. Bercé par le sourd vrombissement de la
turbine et le doux cliquetis des chenilles, Güldrik se laissa sombrer dans
une aimable rêverie, où il dominait sa horde du haut de son Ekraseur à la
coque rouge fraîchement ointe de la cervelle graisseuse de Zugrub. Les
ronflements contagieux s'étendirent à tout les occupants illégitimes du
véhicule, qui traçait à vitesse constante son double sillage béant parmi les
étendues fleuries. Une gorge riante, où glougloutait un frais ruisseau, se
dessinait au loin.


Le sergent Rodolfo, de la Xe compagnie, utilisait le compas de ses
macrobinoculaires pour recaler le cap de son escouade quand il aperçut la
lourde boîte orange et les gerbes de terre qu'elle projetait. Quelques mots
dans le langage de bataille du chapitre firent se disperser ses scouts parmi
les rochers qui bordaient la crête de la gorge. Quatre secondes plus tard,
la vue d'un ork au visage d'un bleu-vert délavé, affalé au poste de
conduite, ôta tout doute aux novices et à leurs supérieurs. Trois lourdes
aiguilles et leur charge propulsive glissèrent dans autant de chambres
précisément usinées, surmontées d'autant de visages noirs et verts au
sourire cruel.


Norzglark fut le premier à se réveiller, ce qui lui accorda le privilège de
bourrer de coups de bottes Margub et les gretchins. Ce n'est qu'au moment de
malicieusement faire tomber Tirsak dans le compartiment qu'il se rendit
compte que le véhicule était arrêté ; achevant alors en ricanant la tâche qu
'il avait entreprise, il put alors constater la singulière inertie d'un
corps de Deathskull sans tête. Bousculant ses compagnons, le Goff se rua
vers l'écoutille arrière, et fut horrifié par ce qui l'aurait autrefois
réjoui : Güldrik arborait un troisième oil dont certaines religions
expliquent qu'il permet de voir l'avenir . S'il n'y coupe pas court.
Trois coups sourds furent frappés contre la rampe frontale, et des grenades
à gaz tombèrent par les écoutilles. Norzglark heurta rageusement la commande
d'ouverture de la rampe, prêt à emporter des hordes de salmeks avec lui avec
son vénérable koupe-koupe.


Un choc sec. Un bruit mou. Un autre choc sec, suivi d'un autre bruit mou. Le
visage de Norzglark arborait une expression de rage intense, celui de Margub
un désespoir sans nom. Le soleil était déjà haut dans le ciel, et le frère
tactique Oswaldo, d'un unique coup du plat de la main, ficha le crâne du
troisième ork sur le piquet qui lui était destiné. Une casquette de mauvais
goût lui donnait une touche comique du meilleur effet ; c'était une tâche
plus amusante que les fastidieux rites de purification du fidèle Land
Raider .



____________________________________

Tout est bien qui finit bien !


El Depredador

"No esta muerto lo que puede yacer eternamente,
y con extranos evos puede morir hasta la muerte"
H. P. Lovecraf
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grobrank
Mekano
Mekano
avatar

Nombre de messages : 1647
Age : 45
Localisation : Charadon Prime
Date d'inscription : 21/01/2008

MessageSujet: Re: Güldrik Og Gorzdog l'opportuniste.   Dim 2 Sep - 21:46

Déjà douze ans (et deux mois d'après le .doc d'époque) mine de rien.

À l'époque, ça ne me disait trop rien de passer du temps et des sous dans une nouvelle armée ork (j'en avais eu au temps de 40K2), vue l'allure de la gamme, en dépit du bond en avant sous l'impulsion de Brian Nelson. C'était déjà laborieux de faire le reste des bonshommes avec les moyens et les savoirs de l'époque : de rares peintures solides qui couvrent, l'ignorance de nombreux outils et procédés qui simplifient l'existence...

Maintenant, j'en ai un cageot invraisemblable et du matos qui va bien. Et la bande passante actuelle permet l'existence de communautés comme celle-ci, alimentée par la considérable croissance de l'activité du toucan, avec son plastique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zugrub
Mioch'
Mioch'
avatar

Nombre de messages : 99
Age : 41
Localisation : Marseille
Date d'inscription : 30/07/2012

MessageSujet: Re: Güldrik Og Gorzdog l'opportuniste.   Lun 3 Sep - 21:43

Extraordinaire histoire bien comme je les aime !
Un graaaand chapeau bas à toi Grobrank ! Ca ne nous rajeunit pas ! Ca fait un bail que j'avais lu cette histoire, mais avec les années, seul le souvenir de la triste fin me restait.
Encore merci Grobrank pour ce très agréable moment à la lire de mon travail, et merci à Boss Roeth de l'avoir posté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tarpan
Boit'kitu
Boit'kitu
avatar

Nombre de messages : 675
Age : 47
Localisation : Angers
Date d'inscription : 20/12/2008

MessageSujet: Re: Güldrik Og Gorzdog l'opportuniste.   Dim 9 Sep - 19:06

Pareil ! (sauf que je ne suis pas au boulot...)

Toujours autant de plaisir à relire ce genre de littérature !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tarpan.sytes.net/
p 'tit ork
Squig
Squig
avatar

Nombre de messages : 22
Age : 18
Localisation : Paris
Date d'inscription : 21/01/2013

MessageSujet: Re: Güldrik Og Gorzdog l'opportuniste.   Mer 23 Jan - 18:47

elle vient d'où cette histoire ??
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zugrub
Mioch'
Mioch'
avatar

Nombre de messages : 99
Age : 41
Localisation : Marseille
Date d'inscription : 30/07/2012

MessageSujet: Rendre à Grobrank s'qui lui appartient   Mer 13 Mar - 12:22

C'est notre Illustrissim' Grobrank qui en est l'auteur -gloire à ce pourfendeur de Bad Moonz-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Güldrik Og Gorzdog l'opportuniste.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Güldrik Og Gorzdog l'opportuniste.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Güldrik Og Gorzdog l'opportuniste.
» [RP][Ile des cabanes] Le forgeron, la voleuse et l'opportuniste

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Orkatitude :: Orkatitude :: Récits et Rapports de batailles-
Sauter vers: